Coach Déco

Décoration

Comment choisir son terrain de construction ?

Au moment de construire son habitation, les choix en matière de terrain sont primordiaux. Une étude géotechnique doit être réalisée pour éviter toute inadaptation de l’ouvrage avec le site. Cette étude permet de détecter par exemple la présence d’une nappe phréatique ou d’une source, pouvant engendrer des remontées capillaires. Ces dernières étant responsables de graves désordres dans votre logement.

Zoom sur l’étude géotechnique

L’étude géotechnique est un élément indispensable pour bien choisir son terrain en vue de détecter des éléments qui pourraient détériorer votre future construction. Cette étude permet par exemple de déceler la présence d’une nappe souterraine (ou nappe des puits).

Celle-ci est située à une profondeur modeste et alimentée de toutes les manières possibles : par les précipitations locales et les infiltrations des cours d’eau voisins comme par des rivières souterraines pouvant provenir de régions éloignées.

La nappe phréatique est située généralement entre deux couches de terrain : l’une imperméable située au-dessous de la nappe et qui retient l’eau, l’autre perméable, située au-dessus qui laisse infiltrer l’eau des précipitations.

Le niveau de stabilité de la nappe dépend des saisons, du climat, de la constitution géologique du sol et, en particulier, de celle de la couche perméable et de son épaisseur. La variation de la hauteur de la nappe est rarement brutale et son cycle est saisonnier.

Gare aux remontées capillaires

C’est lorsque que le niveau de la nappe souterraine atteint la base de la construction (fondations) que peut apparaître le phénomène de remontées capillaires. Celui-ci se manifeste par un cheminement ascensionnel de l’eau provenant du sol

Cette eau remonte dans les murs jusqu’à une hauteur de 1,50 m. Les remontées capillaires dépendent de deux facteurs : le mur doit être en contact avec l’eau, l’eau doit pouvoir le pénétrer par porosité.

Pour cela, le matériau qui constitue le mur doit être capillaire, c’est à dire formé d’un réseau continu de canaux très fins. Plus le réseau capillaire est dense plus l’eau monte haut. La pression, la pesanteur et l’évaporation par les parois sont des éléments qui limitent la remontée capillaire.

Pour votre mur, l’évaporation de l’eau par les parois est le phénomène prépondérant. Tout revêtement bloquant l’évaporation (peinture, feuille de plomb, polystyrène…) ne fera qu’amplifier le problème.

Afin d’éviter d’être confronté aux problèmes de remontées capillaires, il est donc important de bien choisir son terrain de construction.

  Haut